Mon livre est disponible...

Pour l'obtenir : directrement par mon mail
ou chez l'éditeur: bouton-lulu

Plus d'infos

Mère Compagne de Sri Aurobindo

MERE - Compagne de Sri Aurobindo

21 février 1878 - 17 novembre 1973

Mirra Alfassa née Paris le 21 février 1878 au 62 boulevard Haussmann, (six ans après la naissance de Sri Aurobindo à Calcutta) aussi surnommée Douce Mère ou la Mère (1878-1973) a pour identité Mirra Richard. Sa mère égyptienne et son père turc se sont installés en France en 1877. Elle est connue pour être à l'origine de la cité d'Auroville en Inde.



Elle était d'un an plus âgée qu'Einstein et contemporaine d'Anatole France dont elle a gardé la douce ironie. C'était au siècle du "positivisme", son père et sa mère étaient "matérialistes à tous crins", lui, banquier et mathématicien de premier ordre, elle, disciple de Karl Marx jusqu'à 88 ans. Cette petite fille avait d'étranges expériences dans les temps passés de l'histoire et peut-être dans l'avenir; elle rencontrera Sri Aurobindo "en rêve" dix ans avant d'aller à Pondichéry et le prit pour "un dieu hindou en costume de vision". Mathématicienne et artiste-peintre et pianiste, elle devint l'amie de Gustave Moreau, Rodin, Monet et épousera un peintre d'avec qui elle divorcera pour épouser un philosophe qui l'entraînera jusqu'au Japon et en Chine à l'époque où Mao Tsé-toung écrivait "La grande union des masses populaires", et à Pondichéry auprès de Sri Aurobindo qu'elle ne quittera plus. Elle vivra trente ans près de celui qui, au début de ce siècle, annonçait "l'évolution nouvelle": "L'homme est un être de transition", jusqu'à la mort de Sri Aurobindo en 1950. Puis à la tête d'un énorme Ashram qui semblait représenter toutes les oppositions de la terre, elle plongera dans le "yoga des cellules" et découvrira enfin "le grand passage" à une autre espèce. Incomprise, seule, entourée de résistances et de mauvaises volontés, elle quittera son corps à l'âge de 95 ans, en 1973. "Je ne pense pas qu'il y ait plus matérialiste que je ne l'étais, avec tout le bon sens pratique et le positivisme, nous disait-elle au milieu de ses dangereuses expériences dans la conscience des cellules, et je comprends maintenant pourquoi c'était comme cela! Cela a donné à mon corps une base d'équilibre merveilleuse. Les explications que je demandais étaient toujours matérielles, et cela me paraissait évident: il n'est pas besoin de mystères, rien de tout cela -- vous expliquez matériellement. Par conséquent, je suis sûre que ce n'est pas une tendance au rêve mystique en moi! Pas du tout, ce corps n'avait rien de mystique, Dieu merci!"

Elle se maria le 13 octobre 1897 à l'âge de 19 ans avec Henri Morisset, un artiste-peintre impressionniste, disciple de Gustave Moreau, dont l'atelier était au 15 rue Lemercier à Paris. Son fils André naquit le 23 août 1898. En 1904, elle rencontre pour la première fois Max Theon. Elle effectue un séjour à Tlemcen de 1905 à 1906, puis fonde sa première association : Idea. Elle divorce en 1908 et se remarie avec Paul Richard en avril 1910. Elle l'accompagne en 1914 à Pondichéry et rencontre Sri Aurobindo le 29 mars. Elle passe une première année à Pondichéry puis quatre ans au Japon avec Richard et revient définitivement près de Sri Aurobindo en 1920, via la Chine.

Lorsque Sri Aurobindo se retirera en 1926, il laissera à celle qu'il a commencé à appeler Mère la direction de l'Ashram de Sri Aurobindo, qu'il a fondé et qu'elle terminera d'organiser.

Elle meurt le 17 novembre 1973 a Auroville. Elle laisse derrière elle une œuvre écrite importante, notamment son journal (« l'agenda de mère ») qui raconte son éprouvante percée au cœur de la matière, celle de son propre corps, pour donner naissance à ce qu'elle nomme « l'espèce nouvelle » ou « la vie sans mort ».



L'un de ses disciples Satprem complète cette œuvre étonnante par de nombreux ouvrages dont « la genèse du surhomme » et « Le mental des cellules ». Satprem n'est néanmoins pas reconnu par la majorité des disciples, en particulier les plus anciens. Il s'est en effet auto-proclamé "plus proche disciple et confident" et est accusé par l'Ashram de tourner à sa guise les écrits de Mère. Satprem a été exclu de l'Ashram peu après la mort de Mère.



Auroville est située à 10 km de Pondichery, juste à la frontière du Tamil Nadu. Inaugurée le 28 février 1968, Auroville est unique: pas de religion, pas de nationalité pas de politique, cette ville internationale se propose d'avoir un jour 50.000 habitants.
Une poignée de terre amenée de chaque état indien, et de 175 pays du monde est placée dans une urne de marbre à la forme d'une fleur de Lotus située au milieu d'un amphithéâtre représentant la naissance d'une cité dédiée à l'unité humaine et l'intégrité. Il y a actuellement un peu plus de 1.500 Auroviliens originaires de 30 pays.
Ces 800 acres de terre sont devenus base d'expérimentation en matière d'intégration sociale, de forestation, de préservation de l'eau, d'énergie solaire, de conservation des sols et d'agriculture organique.
Avant 1968, ce n'était qu'un terrain inculte.


Les premiers occupants plantèrent deux millions d'arbres d'espèces multiples et d'origines diverses.
Les Auroviliens sont originaires de 30 pays, y compris l'Inde. Auroville est divisée en 4 zones: internationale, culturelle, résidentielle, et industrielle.
Il y plus de 50 unités de production à Auroville engagées dans des activités aussi diverses que la production de bougies, d'encens, la fabrication de fromage, de poteries, de bijoux, de prêt à porter masculin et féminin, et d'articles de maroquinerie.
Ces productions peuvent être achetées dans les boutiques d'Auroville et de Pondichery, mais sont aussi largement diffusées bien au delà des frontières de l'Inde.

Vidéo avec Mère (Mira) :

Méditation avec Mira Alfassa

Darshan avec Mira Alfassa

*******************************************************

Lien de la source internet


-Retour à Marie Couronnée-

primi sui motori con e-max

Ce site est optimisé pour Firefox de Mozilla

Bugs possibles dans Ie7,8,9, Safari ou autres

Link to share with a friend